Francia nyelvi munkaközösség

https://beszelekfranciaul.wordpress.com/

Történelem

Francia célnyelvi civilizáció témakörök

9 KnyC év végi vizsga

 

Szántai Erzsébet

proviseure, langue et civilisation françaises

szantai.erzsebet[kukac]vetesi.hu

Imreh Enikő

responsable de la section bilingue, langue et civilisation françaises

imreh.eniko[kukac]vetesi.hu

Imreh László

mathématiques en français

imreh.laszlo[kukac]vetesi.hu

Molnár Enikő

langue et civilisation françaises, histoire en français

molnar.eniko[kukac]vetesi.hu

Papp Katalin

mathématiques en français, géographie en français

papp.katalin[kukac]vetesi.hu

Csík Andrea

langue et civilisation françaises

csik.andrea[kukac]vetesi.hu

Orosz Enikő

langue française, histoire en français

orosz.eniko[kukac]vetesi.hu

Nyerges Katalin

civilisation francaise, langue francaise, géographie

nyerges.katalin[kukac]vetesi.hu

Imre-Krebsz Zsuzsanna

langue française

krebsz.zsuzsa[kukac]vetesi.hu

Lucile Marinalli

langue et civilisation françaises

lucile.marinelli[kukac]vetesi.hu

 

Les anciens professeurs:
Henri de Montety - 2007-2008
Elodie Collin - 2012-2012
Nathalie Errera - 2005-2012
Julien Gérard Vangrevelinghe - 2008-2012
Marie de Roeck - 2002-2004
Marie Pignon - 2012-2014
Ivy Meura - 2004-2006
Nathalie de Viron - 2001-2002
Csabai Tamás - 2000-2001
Kovács Katalin - 1999-2001
Sebestyén Márta - 1999- 2002
Nelly Froissart - 2002-2003
Nicolas Dumont - 2006-2008
Tuba Zsuzsanna - 2002-2004
Stéphanie Lion - 2003-2004

Aude Patricia Desouches - 2001-2002

Gabriella Taubert-Koenig - 2012-2013

Violaine Chiron - 1999-2001
Marie-Pierre Watramez - 2004-2012

Magali Cleymans - 2014-2016
Mailys Claudio - 2016-2017
Kiss Roland - 2006-2016

 

Description de la section :

Envie d’apprendre le français ?

Présente sur les cinq continents, la langue française offre de nombreuses opportunités qu’elles soient professionnelles ou personnelles. Si la connaissance de l’anglais est une base minimale dans le monde professionnel, la connaissance du français est une plus-value certaine valorisée par de nombreuses entreprises. Le monde de la francophonie par sa diversité est riche de découvertes et de rencontres.

 

La section bilingue franco-hongroise ?

C’est un contingent de dix professeurs motivés qui assurent des cours pour les 150 élèves étudiants dans la section bilingue. Outre les cours de langue française, des disciplines non- linguistiques sont également assurées en français comme les mathématiques, la géographie et l’histoire. La section offre également des cours avec une formatrice francophone native.

 

La vie en section bilingue ?

Parler français en dehors de classe, c’est une des possibilités de la section. Au programme sont prévus : des voyages de classes en France, des échanges scolaires avec des élèves français, un club de théâtre en français, la découverte des réalités quotidiennes du monde francophone… Plus plus d’informations, visitez notre blog : www.francokmok.blogspot.hu

 

Informations :

Examen de langue : le DELF - Diplôme d’études en langue

http://www.franciaintezet.hu/category/budapest-hu/nyelviskola-es-vizsgakoezpont/francia-nyelvvizsga/delf-dalf-francia-nyelvvizsga/?lang=hu

Institut français de Budapest : centre culture et d’apprentissage du français

http://www.franciaintezet.hu/

Site des sections bilingues : Evènement dans les sections franco-hongroises des lycées hongrois.

http://section-bilingue.eu/?lang=hu

Organisation internationale de la Francophonie: Actualités du monde francophone

http://www.francophonie.org/

Franciaoktatas : Apprendre et enseigner le français par l’audiovisuel et les TICE

http://www.franciaoktatas.eu/

 

Témoignages  de ERRERA Nathalie

« Travailler comme lectrice au lycée Vétesi : la meilleure décision de ma vie ! »

 

« Quand Mme Szantai, la directrice adjointe du lycée, m’a recontactée pour m’inviter à me souvenir de ces années passées aux côtés de mes amis hongrois et à livrer mes impressions sur mon long séjour à Veszprém, j’ai d’abord été touchée car je me suis dit que l’équipe pédagogique avec laquelle j’ai travaillé, coopéré, échangé, partagé et eu tant de complicité, ne m’avait pas oubliée, que je faisais un peu partie de l’histoire de Vetési. Puis mon cœur s’est accéléré : quelle émotion de se replonger dans ces huit années hongroises !

Partir à l’étranger, travailler comme lectrice de français à la section franco-hongroise a été la meilleure décision de ma vie. Dès mon arrivée, je me souviens avoir été très chaleureusement accueillie par mes collègues et admirative face à leur maîtrise parfaite de la langue française. Le travail d’équipe que nous avons mené avec passion pour conduire nos élèves au succès et faire en sorte que notre section rime avec performance et réussite, a été extrêmement enrichissant. Je me rappelle la première fois où je suis entrée dans une classe de IXème ; les élèves et moi-même ne comprenions et ne parlions pas encore la langue de l’autre, c’était un cours surréaliste mais magique. C’est ce choc des cultures qui m’a permis de vite apprendre car le besoin d’assouvir ma curiosité, l’envie de découvrir et la soif de comprendre cette nouvelle façon de vivre, de penser, d’agir, cette culture et cette histoire si belles et si différentes des miennes, ont bouleversé mes croyances et transformé mes préjugés.

J’ai eu la chance d’enseigner de la IXème à la XIIIème. Les collègues m’ont laissé beaucoup de liberté dans la préparation de mes séquences d’apprentissage, j’ai pu travailler sur des chansons, des images, des tableaux, des films, des publicités, des livres et tous supports que je ramenais de France lors des vacances scolaires, l’essentiel était que les élèves atteignent les objectifs fixés pour chaque leçon. Par ailleurs, j’ai de très bons souvenirs de ces temps extra-scolaires où nous pouvions nous découvrir mutuellement avec les élèves, échanger spontanément en français, par exemple lors de l’atelier d’écriture puisque nous avions créé le journal francophone de la section La Langue Au Chat, le club théâtre, les concours francophones de dictée, de BD, de civilisation et le festival francophone de théâtre organisés pour les sections bilingues de différents lycées, les voyages de classe en France (à Mortagne, à Saumur, à Aix-les-Bains, en Provence, à Paris, à Dijon ma ville). Je me rappelle, les jeunes étaient volontaires pour  découvrir et utiliser le français dès qu’une occasion se présentait ou pour participer à une mission, une activité en lien avec la langue, ils faisaient preuve d’une telle curiosité ! Leurs nombreuses questions m’obligeaient à me tenir informée quotidiennement de l’actualité française et francophone.

Enfin, aujourd’hui je peux l’affirmer, c’est en Hongrie au sein du lycée Vetési que je me suis construite ; ici, j’ai beaucoup appris, notamment les bases du métier d’enseignant, ses difficultés mais aussi ses enthousiasmes ; gâce à mes anciens élèves, à mes collègues et amis, je suis revenue en France plus forte avec un bagage culturel et humain qui n’a pas de prix. C’est pourquoi je tiens à les remercier pour tout ce qu’ils m’ont inculqué sur leur pays, leur langue, leur histoire et surtout tout ce qu’ils m’ont apporté et qui m’a permis d’avoir une autre vision de ma propre culture.  J’ai vécu loin de mes repères, j’ai eu une vie hongroise et j’en suis fière. »

 

Témoignage de Vangrevelinghe Julien

« Comment as-tu perçu les gens du lycée Vetesi ? »

« Pour répondre à cette question, il faut me replonger dans mon passé proche et me souvenirs que mes trois années passées à Veszprém ne peuvent pas être dissociées des deux années en Pologne où j'avais vécu juste avant. Les Hongrois, à Veszprém et en Hongrie en général, m'ont semblé plus ouverts et plus décontractés que les gens que j'ai rencontrés en Pologne. Bien sûr, quand on habite à côté d'un lac très touristique où viennent chaque été de nombreux étrangers, cela rend le contact plus facile face à un jeune étranger qui ne parle pas du tout la langue du pays.

Ensuite, je voudrais aussi évoquer mes collègues de la section bilingue. Humainement, leur accueil a été très chaleureux et j'étais surpris par leur patience quand il fallait m'expliquer pour la Xième fois un élément du programme ou le fonctionnement d'un ordinateur. Avec le temps, les rapports sont devenus de plus en plus amicaux et à la fin de ces trois années, la séparation a été vraiment difficile. Je veux aussi ajouter que ces personnes forment une équipe solide qui a pu élaborer une formation efficace et bien rôdée.

Immédiatement après mes collègues de français, je pense à mes élèves bien sûr !!! Là aussi, le contact a tout de suite été très simple et agréable. Pour les débutants de 15 ans, la peur de parler français a vite disparu et les blagues ont rapidemment été échangées. Ce qui est encore plus marquant pour moi, c'est que même les élèves non-bilingues étaient aussi très à l'aise devant moi. Je garde aussi en mémoire de beaux moments passés avec certains d'entre eux pour des voyages scolaires, des festivals de théâtre ou la sérénade des 13C.

D'autres personnes ont aussi participé à ma vie quotidienne au lycée: certains professeurs qui ne travaillent pas dans la section bilingue ou la psychologue. Mes contacts étaient surtout possibles avec les collègues parlant anglais ou allemand et je garde un très bon souvenir de conversations dans les couloirs ou de soirées passées en leur compagnie. Je pense encore à eux avec sympathie.

Pour terminer, il y a encore une foule de personnes avec qui j'avais peu de contacts verbaux, mais avec qui un coup d'oeil ou un sourire échangé me faisait bien plaisir. Je pense aux personnes de la direction, à la bibliothécaire, à la dame du buffet ou aux ouvriers.

Bref, pour répondre plus brièvement, j'ai trouvé les gens du lycée faciles d'accès, simples et agréables à vivre !!! »